Guy Birenbaum : La vie est une plage

Guy Birenbaum : La vie est une plage

 » – L’ami : Tu l’as connu où Guy Birenbaum ? 

– Forme Libre : Sur la Plage.

– L’ami : Mais il fait quoi maintenant Guy ? 

– Forme Libre : Des photos. 

– L’ami: Et ? 

– Forme Libre : Life is a beach. « 

Like Martin Parr said …

Forme Libre

© Crédit Photo : Guy Birenbaum . aux éditions Villa Gypsy

Nils Tavernier ou le portraitiste

Nils Tavernier ou le portraitiste

Nils Tavernier est un conteur d’histoires … Il raconte les gens, le monde. Ceux qui sont, ceux qui le font. Il donne la parole et de l’existence à tous ceux qui ici où là, par là-bas œuvrent chaque jour avec force, conviction et humanité à faire de cette planète un endroit où il fait mieux être. 

Nils dit « se mettre au service de » … au service d’eux, de l’image et du partage.

Ces histoires qu’il raconte au travers de ces films sont autant de moments suspendus, d’évasion et d’émotions … de fenêtres ouvertes sur le monde. 

Un monde qui ose, qui bouge, qui s’émerveille encore, loin des diktats et des aprioris, de ce que la vie et les gens ont de plus joli. 

Nils préfère parler des autres que de lui, parler avec les autres aussi.

Nous, on aime bavarder avec lui parce que ça donne du sens à l’existence. 

Nils c’est 30 ans de portrait. Montrer pour faire exister. Merci Nils, t’es nécessaire à l’humanité.

Forme Libre

Nils Tavernier ou le portraitiste.

« Si tu étais un Mot…Tu serais…

Doute

Parce qu’il est constitutionnel et à l’origine de tout et de chaque chose qui se crée et qui existe.
Et puis j’ai passé trop de temps à chercher à dézinguer mes certitudes dans la vie pour te répondre autre chose.

 

« Si tu étais un pays…Tu serais…

Ta mère !

La mère patrie !!! Je plaisante …

Non, Je serais le vent. 

« Si tu étais une Couleur…Tu serais…

Par instinct, je dirai le bleu, parce que j’aime la mer mais en fait je n’en sais rien, je n’en ai aucune idée.

« Si tu étais un Animal…Tu serais…

Un drôle … D’animal. 

« Si tu étais unE personnalité, un artiste… Tu serais…

Je serais un peu de toutes les personnes que j’ai croisées dans la vie et que j’ai aimées. Les gens me nourrissent dans ce qu’ils ont, sont d’humanité.

Mais en fait nous sommes tous ainsi. Nous ne nous développons pas avec le lait maternel (ou le lait tout court) mais avec l’échange et l’interaction sociale.

Il existe d’ailleurs des thèses sur cette question. Elles démontrent que les enfants se développent dès lors qu’ils entrent en interaction sociale. Des recherches ont été faites dans des orphelinats sur ce sujet en particulier notamment par Spitz. C’est vraiment intéressant d’observer que ces mômes, qui étaient pourtant nourris ne se sont pas développés normalement en raison du manque de contacts et d’affection … (cf. Expression libre : De la tendresse bordel).

Cela me fait tristement penser à ceux que l’on appelle les « Enfants de  Ceausescu » … 

Aparté en image … grâce au travail de Jean-Louis Courtinat, 

C’est l’histoire du petit Victor, « L’enfant sauvage » de François Truffaut, qui a été retrouvé dans une forêt, seul, abandonné dans la nature. S’il avait développé des capacités et des habiletés incroyables et était apte à la survie, il était muet et totalement carencé socialement.

Nous nous nourrissons des gens qui font écho en nous. Il y a toujours une forme d’identification de nous en l’autre. C’est ce qui nous motive à entrer en interaction avec quelqu’un d’ailleurs. Nous nourrir et évoluer. C’est dans la nature humaine que de vouloir évoluer. Si quelqu’un me plait c’est parce que j’identifie chez lui quelque chose qui fait écho en moi, quelque chose qui me parle, me touche, suscite une émotion chez moi.

Alors certains te diront que c’est très égocentrique, qu’ils ne sont pas comme ça, mais beaucoup plus altruistes… Bla Bla Bla ! Il s’agit là soit d’un déni, un refus de s’avouer les choses ; soit d’un un manque de conscience de soi et des autres et de l’impact que ces autres ont sur soi. Tu me suis ?

En revanche, il y a des gens que je ne veux surtout pas être … par exemple ceux qui remuent la merde pour combler la leur. Alors ceux-là, tu me fais la promesse de ne pas leur accorder ne serait-ce qu’une minute de ton temps ! Enfin ce n’est pas tant que je les déteste, parce que je les comprends, je n’ai pas de haine contre ces gens parce qu’au fond … Les gens qui cherchent la merde tentent souvent, en réalité, de combler leur vide, leur peur d’êtres et leur complexe de supériorité ou d’infériorité, qui sont deux mouvements souvent très proches.

Et puis … il y a ceux que l’on ne peut pas comprendre, ceux « c-e-u-x » et ce « c-e » … autrement dit, la non identification qui renvoie chez moi à la question de la deshumanisation. Une question troublante parce qu’elle met en avant nos limites.

Les gens me nourrissent dans ce qu’ils ont d’humanité mais … s’ils n’en ont pas … alors c’est le vide, le néant, l’absence d’écho, le silence.
Je ne pensais pas que cela pouvait exister.

Le socialo bobo humaniste en moi, bien pensant au demeurant, t’aurait dit « mais attends il y a de l’humanité en tout à chacun, c’est juste qu’elle est caché sous une armure de protection, faut creuser… » Tu vois le discours … 

Et pourtant … j’ai eu l’occasion d’en croiser.

Des tueurs à gage, par exemple, en Tchétchénie qui tuent sans que cela ne leur génère la moindre émotion. Rien. Pas une once d’émotion. 
J’ai creusé hein … mais rien. Ca c’est très délicat à comprendre pour moi.

Après… est-ce qu’ils sont vraiment déshumanisés… c’est un débat… mais je le crois. C’est la conclusion à laquelle je suis arrivée. 

Attention cela reste extrêmement rare. Il ne faut pas extrapoler. Surtout pas à la question des enfants soldats chez qui on a désactivé le programme « émotions » à coup de traumatismes violents. Ici, il s’agit d’une réaction du cerveau qui, en refoulant, génère une forme de protection à la sur-souffrance. C’est de la survie ici. Là il y a de l’humanité. Enormément. Ca n’est que ça d’ailleurs. 

Au cours de ma carrière j’ai rencontré des gens … beaucoup … la plupart m’ont nourri mais il y en a que je n’ai pas compris. Ils ne sont pas en majorité, mais assez pour m’avoir marqué, parce qu’interrogé.

Ils sont ceux que je range dans la case « non identification absolue », ceux avec lesquels je ne peux pas entrer en interaction. Enfin, bien sûr, je peux communiquer, je peux parler mais on ne peut parler d’échanges au sens de la création d’une intimité au sein d’une bulle de discussion. Ils sont ceux qui font preuve de méchanceté absolue, ou plutôt de non empathie absolue.

Ce qui revient à la déshumanisation qui est une forme d’absence totale d’émotion pour autrui. Comme ces types qui regardent de leurs tours d’ivoire boursières les gens crever en bas qui licencient à tour de bras parce que leur entreprise a fait 4 points de moins … C’est délirant ! Ce type de personnage ça ne devrait même pas exister, pour le moment nous sommes gentils, on joue le jeu mais … jusque quand cette acceptation d’un truc aussi délirant que ça perdurera je ne sais pas. 

Et puis … il y a ce sujet compliqué … la pédophilie. J’ai beau essayé c’est impossible pour moi de conceptualiser ça. Je peux comprendre les addictions, les troubles comportementaux, les fantasmagories, les compensations et décompensations mais ça … vraiment je ne peux pas. C’est trop loin de moi. Une incompréhension constitutionnelle. Au même titre que mon incompréhension pour la non empathie humaine ou la méchanceté gratuite. Vraiment, je ne peux pas comprendre.  

Voilà, j’observe et je me nourris de chacune des personnes que je croise.
Ils nourrissent mon travail, ce que je fais, donc, mais aussi qui je suis.
C’est pour cette raison que je fais des portraits depuis 30 ans. J’ai une fascination pour les gens dans ce qu’ils offrent en étant souvent inconscients de cela et, à la fin, je suis seulement le résultat de ces tout un chacun.

1+1+1+…

Et parce que finalement échanger avec Nils c’est partir en tergiversation sur tous les sujets, c’est refaire le monde après l’avoir observé et parlé des gens surtout.
Parce que c’est ça le sujet important

Forme Libre a pris la liberté, pour clôturer ce portrait, de s’interroger…

Si NILS était un aliment, il serait…

Un sushi, sa fille adore ça et pour le coup ça lui va bien au papa !

C’est cru.
C’est frais.
C’est taillé dans le vif … et c’est là, précisément là, dans ce geste, que toutes les techniques de chef apparaissent.

Parce que n’est pas (maître) sushi qui veut … sous une apparente simplicité se cache un art ancestral, une tradition, une maîtrise, une technicité, une cérémonie … Il y a de l’humilité dans cette préparation, du travail surtout mais de l’exigence aussi.

Pas merlan frit pour deux sous, le t(h)on cru garde l’œil vif. Pour le consommer il faut savoir s’arrêter, le consommer frais, là maintenant, au présent et en toute conscience.

Le sushis est peut-être tendance mais il semble s’en moquer et revendiquer qu’il n’est pas du palais et du goût de tous même s’il se consomme partout : des grandes tablées étoilées, au tapis roulant sous cloches des restos branchouilles ; traditionnel au petit déjeuner ou en snack dans un avion. Il est pratique et commode comme un caméléon. A prendre avec des baguettes mais en toute simplicité et sans paillette !

Et puis, il n’y a pas à dire, il n’y a rien de mieux que de papoter entre amis au cours d’une soirée sushis.

Si Nils était un objet, il serait…

Une caméra.

Parce que

« Je me mets au service de ceux dont je veux raconter l’histoire , je laisse les images tournées et enregistrées, tout se fait tout seul, les géniaux ce sont eux, je ne suis que l’instrument révélateur « .

Si Nils était une pièce de la maison, il serait…

Le bureau … sauf que le sien de bureau ne se situe pas dans la maison mais à l’extérieur. Parce que le monde est son centre d’observation. Parce qu’avant de plonger dans les livres et les études, il faut savoir être contemplatif, attentif, réceptif… et bavard afin de rencontrer les gens sincèrement et de découvrir leurs histoires …

Parce que les gens ont tous une histoire …

Si Nils était unE CITATION, il serait…

  « Je doute de ce que je sais, je me doute du reste.« 

Ylipe

 http://www.nilstavernier.com/

Instagram : @nilstavernier

Crédits photo dans l’ordre : 

Raphaële ou la Formule Complète.

Raphaële ou la Formule Complète.

 » C’est qui cette nana qui est partout et qui n’est ni cheffe ni journaliste ? « 

Nous aurions pu vous raconter l’histoire de En rang d’oignons* ; vous dire que Raphaële n’est pas tombée dans la marmite étant petite mais qu’elle couve son feu sacré depuis longtemps, qu’elle a fait l’ESSCA où elle était active au sein de la vie associative et même qu’elle y écrivait déjà dans le journal …
Nous aurions pu vous raconter son stage de 3ème dans les cuisines de Caïus, la progression de ses réflexions sur ce qui l’anime dans ces microcosmes (les cuisines justement) … chronologiquement, année après année, lentement … histoire que vous perceviez, paragraphe après paragraphe que, non, Raphaële n’est pas née avec une petite cuillère de la Tour d’argent dans la bouche, que sa progression, bien que fulgurante, fut longue, peu tranquille, pavée d’effluves (bonnes et mauvaises) et que tout ce que récolte Raphaële aujourd’hui est le produit d’efforts, d’un travail acharné ; le fruit de tout ce qu’elle a semé et aimé comme une passionnée.

Nous aurions pu faire cela.

Mais voilà.

Raphaële dit qu’elle a simplement de la chance. Celle d’être née dans la bonne famille, avec les bons parents, d’avoir fait les bonnes rencontres au bon moment. A ce propos, son père voulait qu’elle soit ostéopathe et sa mère écrivaine ou cheffe d’orchestre.

Nous aurions donc pu aussi dire ça ; et puis, il se serait dit ici et là : ok c’est une chouette nana qui est née sous une bonne étoile et qui a bien bossé. Basta.

 

Mais voilà ( bis repetita pour cette aparté où l’emploi du « je » sera assumé pour assumer ) :
De un, je ne suis pas journaliste et d’autres l’ont fait, le feraient et le feront bien mieux que moi.
De deux, Raph est une Amie … Je pensais donc que ce serait du gâteau d’écrire sur elle. J’ai essayé ( oui oui vraiment ) de le faire de façon neutre, factuelle et objective mais la vérité c’est que je ne peux pas ( ou devrais-je dire je ne sais pas ) écrire autrement qu’en y mettant tout de brut ce que les gens génèrent en moi d’émerveillement. My bad. Ou pas. Et puis ‘Flutte’ hein ; ici la forme est libre, après tout.

Et surtout cette description d’elle ne serait pas fidèle à ce qu’elle est et fait. Ceux qui auront lu son portrait japonais comprendront alors que nous ne puissions, au sein de cette pige, « réduire la sauce » à son strict minimum…
( cf. « Si tu étais un mot… tu serais… )

Autrement dit ce serait un peu court Jeune homme. Nous pourrions dire bien des choses en tomme …

Raphaële est la personne derrière le blog / le compte instagram « En rang d’oignons ». Et si En rang d’oignons est une nana rigolote qui boulotte et nous explique comment bien choisir et cuisiner nos cocottes pour nous régaler entre potes ; Raphaële en réelle conjugue le mot Partage bien au-delà d’une tablée autour d’une planche de fromages :

Elle est de celle qui, pour briller, n’a pas besoin d’éteindre les autres.

 

Son leitmotiv est même à l’exact opposé et c’est suffisamment rare en ce bas monde pour être signalé. Elle est de celle qui donne des L ( paradoxe quand on sait qu’elle n’en a qu’un dans son prénom ) pour voler ( comme dans les poèmes de Michelle ).

Qu’on se le dise, d’une part, elle est cinglée

( sorry mais il fallait bien que ça se sache un jour ).

Mais cinglée, folle, dans le sens de Kerouac :

  » Les seuls gens qui existent sont les déments, ceux qui ont la démence de vivre, de discourir, la démence d’être sauvés, qui veulent jouir de tout en un seul instant, ceux qui ne savent pas bâiller ni sortir un lieu commun mais qui brûlent brûlent  » Jack Kerouac – Sur la Route

D’autre part, elle est une éternelle rêveuse. Une idéaliste diraient certains. Mais c’est avec cette certaine forme d’idéal en tête qu’elle a avancé d’un diner presque parfait à un titre de blog de l’année, à journaliste, chroniqueuse & auteure écrivaine ( C’est maman Marchal qui doit être contente ).

 » J’avais une intention. Depuis longtemps tu vois. C’était une telle passion pour moi d’observer tout ce qui se passe en cuisine, d’écouter les discussions entre les chefs, avec les fournisseurs, de poser des questions, pour pouvoir raconter après. Enfin… pas seulement raconter mais dire, expliquer ; j’avais à cœur de mettre en valeur le talent mais aussi la sueur, le travail, l’effort … J’avais terriblement envie de parler de ce qui est important, des dessous de l’assiette, de passer de la table à la cuisine, aux champs et à la mer. « 

Raphaële Marchal

Faire briller les autres.

Voilà

ce que Raphaële fait.

 » Tant qu’on ne me vire pas , je continuerai à le faire parce que j’y crois. Je ne parviens pas à mesurer mon enthousiasme, ça m’a joué des tours, parfois. Tout m’emballe et m’anime dès lors que ça parle de ce qui me passionne, donc j’y vais à fond. C’est un peu naïf mais ça a le mérite d’être spontané  » 

Raphaële Marchal

La virer ? Quelle drôle d’idée ! Mais si l’éventualité lui a déjà traversé les pensées c’est que tout n’a pas toujours été facile. Il lui a fallu apprendre à  » faire de la télé  » , à assaisonner les débats et à faire tomber le tablier des plus grands chefs cuisiniers et pâtissiers.

 » Je n’ai pas de carte de journaliste et, va savoir pourquoi, j’ai toujours détesté qu’on me définisse comme blogueuse. Je n’aime pas ce mot. Alors forcément, lorsque je suis arrivée dans le métier j’ai pris des revers, des critiques, on se demandait qui était cette fille avec un culot monstrueux qui invitait les plus grands chefs parisiens, leur posait des questions sur leur pêché mignon et ne s’étonnait pas de voir Lignac répondre positivement à ses invitations. On se demandait de qui j’étais la fille aussi ( ndlr : Gilles Marchal n’est pas son père. Une bonne fois pour toute ! ) ou on demandait à mes parents qui ils connaissaient à la TV pour que je fasse des émissions. Ca n’a pas toujours été facile de faire fi des aprioris, parce qu’évidemment, on part du principe que dans ce métier y’a pas de mérite qui soit, si t’es là c’est que tu connais quelqu’un ou, pire, que t’as couché tu vois ! (…) « 

Raphaële Marchal

Faire fait souvent taire ;
c’est là tout le mérite de l’Action.

 

Plus coup de fourchette que coup de gueule, c’est son talent, sa bonne humeur communicative & sa naturelle chouette fraicheur qui ont attiré la sympathie de tout le gratin d’un univers réputé fermé … jusqu’au coup de food final, la cerise sur la crème de la crème* bien montée.

« Ecrire un livre m’a légitimée. Même si, au départ, lorsqu’on m’a contactée s’agissant d’un livre sur la pâtisserie, je n’ai pas de suite compris qu’on me demandait, à moi ( ! ), de l’écrire ! Du coup, au téléphone, je listais à celle qui sera ma future éditrice mes adresses, mes préférences. Tu vois, même là, c’est encore de la chance. « 

Raphaële Marchal

De la chance ou (un peu) de talent et beaucoup de boulot. Nous ne trancherons pas pour le coup ce qui ressortirait du débat stérile entre notre parrain et nous !

Ce qui est sûr c’est que Raphou ne rentre dans aucune case : bourdonnante, elle touche à tout et fait mouche ! A l’aise partout, il semble qu’il n’y ait aucun environnement dans lequel elle ne parvienne pas à mettre son grain de sel ( à défaut d’être osthéopathe, elle est naturellement pleine de souplesse, c’est papa Marchal qui va être content ) , des élevages aux cultures en passant par la mer …

Ain’t no mountain high enough …

  

Un véritable Laguiole suisse
( hahaha )

 

Certains verront dans cet article une déclaration d’amour.
Ca n’est pas le cas. Ca n’a pas cette vocation là.

Ce que nous voulions dire ici, sur Forme Libre, c’est que Raphaële ne se contente pas de faire sa part pour mettre en avant les gens du monde de la Cuisine. Ce que nous voulions dire c’est que, carte de journaliste ou pas, elle rompt (enfin !) la sacro-sainte manie de l’étiquetage labellisé au profit de l’échange vrai et du partage.

Elle est une optimiste qui a à cœur de transmettre du bonheur , de mettre les choses dans le bon rail pour que ça aille.

En ce sens, en partageant ce que les gens qu’elle rencontre font, elle donne de l’information, certes, mais aussi la direction qu’il nous faut prendre quant à la forme de nos assiettes et de nos modes de consommation.

Toutefois, Forme Libre n’a aucune légitimité à commenter et étayer l’impact et la plus-value de Raphaële pour l’univers de la gastronomie.
parce qu’en vrai nous adorons manger mais sommes littéralement incapables de parler d’un bleu de Termignon comme elle le fait ou de tenir tout un reportage sur le pruneau … ou alors c’est que nous ne sommes pas à jeun ! ).

De ce point de vue on se contentera de vous conseiller de regarder ses reportages sur C8 dans l’émission William à Midi, de lire ses lignes dans les magazines Fou de Pâtisserie, Fou de Cuisine ou le Elle à Table et BIEN-Sûr d’écouter ses podcasts … pour cesser d’être « A côté d’la plaque » dès lors qu’il s’agit de savoir quoi mettre dans votre assiette. 

 » C’est quand même con de préparer un bon diner à vos amis, de vouloir leur faire plaisir et puis, finalement, de leur faire manger un truc qui leur butte la santé. « 

( A ce propos, les tomates en décembre n’existe pas plus que le père Noël ).

 Mais il est une autre direction que Raphaële nous donne. Plus inconsciemment. Cette recette là nous est délivrée simplement comme bonjour* en la regardant œuvrer à la baguette et assembler les ingrédients jour après jour: Elle donne le La et l’exemple ( comme une cheffe d’orchestre… maman Marchal, encore contente ! )

Son premier livre (celui dont elle dit qu’il l’a légitimée) s’appelle  » A la folie «  et, nous ne pouvons pas croire chez Forme Libre que ce soit un hasard. Ce livre, comme un accomplissement, est la preuve que lorsqu’on est un peu fou, passionné et déterminé, on peut y arriver. Autrement dit, arriver là où on ne se sent plus A côté d’la plaque mais bel et bien à sa place.

Je la vois d’ici, Raphaële lire ces lignes et dire  » mais puisque je te dis que tout ça je ne l’ai pas réfléchi, je l’ai juste fait  » et ne pas forcément comprendre en quoi le chemin que ce petit chat beauté a parcouru est une source d’inspiration pour les gens et notamment toute une génération.

Mais, malgré cela … même si elle dira que c’est trop … que je me suis laissée aller aux élucubrations influencée par l’amitié et l’admiration, je me sens tout à fait alignée avec le message que Forme Libre cherche à véhiculer :

Dans un monde où les portes semblent souvent fermées, montrer la voie, démontrer la méthode
&
ouvrir les fenêtres sur le champs des possibles
est rare, précieux, généreux

i m p o r t a n t.

Celle qui est fascinée par les énigmes comprendra donc qu’elle nous délivre les clefs du pouvoir de la volonté en rappelant que le positif amène le positif et qu’il faut, parfois, simplement oser pour se sentir vivant.

Raphaële, tu es un parrain de qualité. Continue de Vol(er) au vent Michel et on te souhaite que tous tes projets continuent d’être étoilés !

Quant à vous, Chers Lectrices & Lecteurs, nous vous souhaitons d’avoir des rêves plein la tête et l’envie d’en réaliser quelques uns.
Comme des inconnus, on vous dira que  » c’est votre destin  » & en afficionadas de la Cave à Michel on vous dira que  » Les enfants ont des ailes , pour voler voler voler ! « 

Suivez les aventures et les 10000 projets de Raphaële sur Instagram : @enrangdoignons ;

Retrouvez-là sur C8 dans l’émission de William à Midi et dans les Web Séries : La crème de la crème & Super Bon ;

Lisez-là au sein de Fou de Pâtisserie, Fou de cuisine, Elle à Table, Le Fooding pour ne citer que ceux-là… ;

Ecoutez là sur les Podcast  » A coté d’la Plaque «  ;

Et bien-sûr offrez-vous ces livres, avec le couvre-feu, il est de bon ton de jouer les marmitons : A la folie ;  Simple comme Bon(jour) ; Passion Pique-Nique.

Elle est partout Raphou … et elle rend la vie jolie !

Raphaële Marchal A la folie !

Raphaële Marchal A la folie !

A la folie !!!

Si Forme Libre devait avoir un parrain, ce serait Raphaële Marchal.

Non pas parce que son prénom est mixte (avec un seul L, un E trémas , 4 consonnes et 4 voyelles ) mais parce que c’est une nana qui a une sacrée paire… … De bottes (Si vous pensiez qu’on allait faire dans le rognon c’est aller un peu vite dans le déroulé du menu )

Non !

Ce qui est impressionnant chez Raphaële, alias En rang d’oignons, c’est le chemin déjà parcouru ; à tout juste 30 ans (à peine bus).

A croire que ce petit chat beauté passionné de randonnées a fauché les bottes de 7 lieues lorsqu’elle est née.

Sept comme le nombre de péchés capitaux. Et si celle que l’on surnomme Raph devait en être un… elle serait la gourmandise. (La goulaf!)

Parce qu’elle croque la vie à pleines dents, parce qu’elle veut tout faire et maintenant.

Mais gare à la méprise …
Si cette boule d’énergie n’a pas le temps de prendre son temps.
Si elle parcoure les régions de France et de Navarre pleine barre ce n’est pas pour les lauriers, le thym ou la rançon de la gloire mais pour faire sa part et, qu’on se le dise, ça n’est pas toujours du gâteau et de la tarte. 

C’est parce qu’un feu sacré l’anime ; une passion qui la dévore et qu’elle dévore.


Sa passion : les gens.
Son crédo : les mettre en avant, nous donner la clef des champs et tout tout tout nous dire sur le poulet et sur comment garder (et choisir) la pêche et la banane!

Autrement dit Raphaële nous met aux petits oignons l’information sur nos menus. Et aussi simplement et authentiquement que bonjour, elle fait le lien entre nos assiettes et les mains qui cultivent, élèvent, pèchent, façonnent, cuisinent, pétrissent, taillent, coupent, vendangent… histoire que nous cessions d’être à coté d’la plaque s’agissant de nos modes de consommation.

Pour cela elle tranche dans le vif ses sujets de journaliste et affirme ses opinions sur le BON.

Raphaele ne se vit qu’à l’état naturel et c’est A la folie (ndrl: le titre de son premier livre) qu’elle aime la cuisine et ceux qui la font. Notamment les Chefs dont elle a, piano piano (sans jeu de mot), gagné le respect à coup de mayonnaise bien montée. Une vraie toquée de b(o)ulot!

Elle est mon Amie. J’en suis fière. Et – même si je lui en veux toujours d’avoir partagé un riz au lait à la cuillère avec Bradley (Cooper) – je n’ai pas trouvé meilleure camarade pour écumer les rades et plus authentique pour faire un pique-nique. Elle épice tout et donne du goût à la vie. Elle est de celle qui tire le meilleur de chacun et qui, dans son sillon, sème du multi-grains.

Elle a pour habitude de parler des autres avec foi et conviction. Cette fois, c’est elle qui passe au bouillon.

Forme Libre

Raphaële, Pas fâchée avec le pâté

Raphaële, Pas fâchée avec le pâté

Si Forme Libre devait avoir un parrain, ce serait Raphaële Marchal. Non pas parce que son prénom est mixte (avec un seul L, un E trémas , 4 consonnes et 4 voyelles ) mais parce que c’est une nana qui a une sacrée paire… …De bottes (Si vous pensiez qu’on allait faire dans le rognon c’est aller un peu vite dans le déroulé du menu )
Non !
Ce qui est impressionnant chez Raphaële, alias En rang d’oignons, c’est le chemin déjà parcouru ; à tout juste 30 ans (à peine bus).
A croire que ce petit chat beauté passionné de randonnées a fauché les bottes de 7 lieues lorsqu’elle est née.
Sept comme le nombre de péchés capitaux. Et si celle que l’on surnomme Raph devait en être un … elle serait la gourmandise. (La goulaf ! )
Parce qu’elle croque la vie à pleines dents, parce qu’elle veut tout faire et maintenant.

Un feu sacré l’anime ; une passion qui la dévore et qu’elle dévore.

Sa passion : les gens.
Son crédo : les mettre en avant, nous donner la clef des champs et tout tout tout nous dire sur le poulet et sur comment garder (et choisir) la pêche et la banane !

Elle est mon Amie, j’en suis fière.

Elle a pour habitude de parler des autres avec foi et conviction. Cette fois, c’est elle qui passe au bouillon.

Forme Libre

Raphaële ou la formule complète expresse

« Si tu étais un ANIMAL…Tu serais…

Une mouche !
Pour pouvoir écouter en deux secondes à l’autre bout de la pièce tout ce qui se dit, observer tout ce qui se passe, passer d’un endroit à un autre très vite pour ne rien perdre des activités du lieu. Etre partout à la fois pour ne rien manquer des informations tout en étant invisible et transparente, en ne gênant rien n’y personne ; sans être intrusive. Ce serait trop bien en vrai !

Mais si je suis tout à fait honnête j’aimerais me réincarner dans une poule ! J’adore cet animal, elles m’éclatent ! Du premier jour de leur vie jusqu’à après leur mort, elles sont généreuses et donnent du bonheur ! Et puis une vie de poule c’est le pied : tu ponds tes œufs tranquille le matin et toute la journée tu te balades à la campagne, tu vas taper deux trois check aux animaux de la ferme ! Tranquille quoi ! Enfin, je parle des poules élevées en plein air hein, comme chez les Godart … dans le respect de l’animal … pas des poules de production à la mode industrielle ! ça on déteste !

« Si tu étais une Couleur…Tu serais…

Le Jaune, c’est ma couleur préférée. Ça me met en joie. C’est le soleil, les tournesols, le beurre … J’adore !
C’est une couleur d’énergie.

« Si tu étais un pays…Tu serais…

L’Ecosse ! J’aurais pu te dire la France, parce que je l’aime ma France mais j’ai un vrai truc avec l’Ecosse. Déjà j’aime les écossaises, surtout Kirst & Rach, les écossais aussi hein mais surtout, surtout, c’est si beau !

Tu vois, si j’adore la France c’est parce qu’il y en a 1000: Aucune région ne ressemble à une autre mais chacune à son charme, son terroir, son  » ptit truc à elle « . Tu retrouves ça en Ecosse. Je ne pensais pas parce qu’on a tous une image de l’Ecosse un peu campagne brumeuse parsemée de lacs. Et puis, j’ai eu l’occasion de découvrir ce pays et … la grosse claque : Campagne brumeuse oui mais pas que : mer, littoral, falaises à flan de plages de galets : un Régal ! J’ai une passion pour les randonnées et là-bas c’est un plaisir indescriptible : tu prends ton sac à dos et ton pique-nique et c’est TIPAR !

L’Ecosse représente tout ce que j’aime dans la vie : La bouffe y est brute, généreuse, réconfortante; les gens y sont authentiques, vrais, gentils !

Vraiment j’aime tout de brut de ce pays, je m’y sens bien comme si c’était chez moi !

« Si tu étais un Mot…Tu serais…

Fidèle parce que la fidélité est la qualité que je préfère chez les gens. En amitié, en amour, dans le boulot… Pas forcément pour son sens premier mais pour tout ce qui en découle :
Pour moi être fidèle c’est aussi être fidèle vis-à-vis de soi, ne jamais se perdre, rester soi même.

C’est aussi être fidèle à ce qu’on dit.
Tu sais à quel point je suis mal quand je suis en retard pour rendre un papier ? Ca me rend malade ! Ne pas tenir un engagement est quelque chose que je ne supporte pas. Je n’aime pas mettre des plans : je dis ce que je fais et je fais ce que je dis. C’est super important pour moi.

Donc oui, fidélité dans tout ce que ça comprend d’engagement vis-à-vis de soi et des autres. Ca demande des efforts et génère une discipline de vie. Enfin, je trouve. Et je m’y tiens comme à un fil conducteur, une ligne directrice.

« Si tu étais un Aliment…Tu serais…

Du bleu, Haha je passe d’une couleur à l’autre, je sais, sauf que celle-là se mange! Ma passion !

Non mais vraiment j’ai mis longtemps à savoir quel était mon produit préféré mais définitivement c’est le fromage à la cuillère … … Le seul truc que je peux manger quand je n’ai plus faim !!! Et plus exactement: Le bleu de Termignon !

C’est sucré, fort, crémeux, doux, c’est tout ce que je kiffe ! C’est plein de paradoxes de goûts en bouche, Ca ne s’explique pas en fait. J’adore cette expérience là.
C’est UMAMI* quoi !

 (ndrl: Pour ceux qui confondent le gruyère et l’emmental – pas de jugement –  l’umami est une des cinq saveurs de base avec le sucré, l’acide, l’amer et le salé et se traduit traditionnellement par ‘savoureux’ – challenge: le caler lors de votre prochain diner … de 19h)

« Si tu étais un objet… Tu serais…

C’est dingue mais le premier truc qui me vient là c’est un peignoir ! Je n’en avais jamais eu mais j’en ai 4 maintenant…

Avant, je n’avais pas d’avis sur cet objet… d’ailleurs, avant, j’avais du mal à avoir un avis, une opinion tranchée sur quelque chose … ça a bien changé depuis haha!
Enfin … ce n’est pas tant que je n’avais pas d’avis, plutôt que j’avais du mal à les assumer et les affirmer … par peur de générer un conflit, un débat houleux, un rejet. « Il faut éviter les sujets qui fâchent » tu vois. Aujourd’hui j’ai compris que je pouvais être et rester une personne inclusive tout en disant ce que je pense.

Je crois que le peignoir incarne cette évolution là de moi: On est loin de la tenue glamour et sexy mais j’adore en porter et j’assume ! C’est très récent d’assumer pour moi.
Et bah là voilà je le dis : J’AIME LES PEIGNOIRS !!! J’adore cette sensation de me lover dans une grosse couverture. C’est comme un gros câlin.
Il faut dire que j’ai de grosses journées … Du coup, après une semaine bien chargée et rythmée, à courir partout, à prendre le train pour tourner, à être en plateau et au resto, ne rien foutre en peignoir c’est déjà beaucoup et vraiment pas mal ! Et voilà elle se justifie … incorrigible ! Non, voilà j’aime les peignoirs et point. Autre question tiens !

« Si tu étais une piece de la maison… Tu serais…

La salle de bain mais uniquement s’il y a une baignoire ! (ça rime avec peignoir en plus – haha)

Et sinon ma chambre … Je fais TOUT de mon lit : j’écris, je travaille mes sujets, je lis, je regarde des séries, des films, j’envoie des messages, … TOUT je te dis. Pourtant j’ai un bureau chez moi … mais il n’a jamais vu mon cul !

« Si tu étais une pLante … Tu serais …

Sans surprise, une plante aromatique: Un truc qui assaisonne, qui vient relever et mettre en valeur.
Mais pas n’importe laquelle : La livèche.
Parce qu’elle ne rentre dans aucune catégorie, elle est tout à la fois, elle ne se décrit pas mais se goûte ! Enfin ça a un goût entre le céleri, le persil, le fenouil et surtout tout est bon dans la livèche : De la racine à la feuille et tu peux en mettre dans absolument tout ! Bien sûr elles est une épice classique pour les soupes mais elle peut aussi aromatiser les pots au feu, accompagner les légumes, les viandes braisées, le mouton, la volaille ou réveiller une sauce. Rien que de te dire le mot Livèche j’en ai dans la bouche là.

(NDRL : On dit ça on dit rien mais on a lu qu’une tisane à partir de la racine de livèche séchée renforce les cœurs faibles et nerveux & autrefois avoir de la livèche sur soi était supposé apporter franc succès auprès du sexe désiré : vous nous en mettrez donc 4 kilos; merci bien)

« Si tu étais un FILM … Tu serais …

Se souvenir des belles Choses

Je crois que c’est le premier film de Zabou Breitman que j’adore. Je ne suis pas certaine que ce soit le tout premier mais en tout cas, celui-ci, m’a totalement bouleversée et me bouleverse encore. Il met en scène Isabelle Carré, Bernard Campan, Zabou … des acteurs qui jouent les émotions comme personne !

C’est le film qui me touche le plus, la plus belle des histoires d’amour ! Tout dans ce film me remue, me parle: les images, les acteurs, les dialogues… C’est si beau ! Vraiment ! Regarde le si tu ne l’as pas vu c’est un vrai moment de bonheur et de douceur.
Et mange du bleu en même temps, pour la douceur encore !

.

« Si tu étais une personnalité, un artiste … Tu serais …

Lenny Kravitz.
Non mais soyons sérieux deux minutes : Existe-t-il plus charismatique que lui ?
J’adore ce qu’il dégage … ce calme, ce chic, cette aisance partout et en toute circonstance, le mec n’est jamais à côté de la plaque (et puis tu as vu ses tablettes de chocolat ? )
Bref, j’adorerai avoir cet aura ! 

Et si tu devais passer 24h avec quelqu’un ?

 

J’aurais envie de te dire plein de gens … Comme François-Régis Gaudry parce que j’adore sa manière de travailler et de mettre en valeur le monde de la cuisine. Il y a tellement de personnes que j’admire et avec qui j’aimerais passer du temps. J’ai la chance, avec mon métier, de rencontrer des gens géniaux et d’avoir l’opportunité de passer un petit temps avec eux, c’est ce qui me plait le plus dans ce que je fais. Ces rencontres de gens extra qui, dans leur coin, ici ou là, font leur part, c’est ce qui m’anime!

Mais si je suis honnête à 200% en répondant à ta question, je te dis : mon mec. Nous vivons une relation à distance … donc parfois et, particulièrement en ce moment, nous pouvons rester longtemps sans nous voir. La situation sanitaire actuelle nous place encore plus dans l’incertitude. Ca me fout la boule au ventre et me couperait presque l’appétit.
Donc clairement si là maintenant t’as le pouvoir de me donner 24 heures avec quelqu’un, c’est avec lui que je veux les passer.
Et là c’est le moment où il apparait normalement !

Pour clôturer ce portrait

Forme Libre prend la liberté de s’interroger…

Si Raphaële était unE CITATION, elle serait…

   » D’où je tiens mon énergie ? EDF : Envie, Désir, Force« 

Karl Lagerfeld

Parce qu’avoir une amie comme Raphaële c’est comme avoir une petite robe noire Chanel : T’es sapée comme jamais à vie !

Non allez on arrête de plaisanter, si elle était une citation,
elle serait :

Donner Forme & S'(é)lancer

Donner Forme & S'(é)lancer

DONNER FORME ET S'(E)LANCER

.
.
.
L’Ami: « Forme Libre ; il y a du Perriand là dedans ?! »

Moi: « Si tu veux dire par là qu’il y a une volonté de ne pas se restreindre en matière, d’en exploiter toutes les capacités, d’en observer tous les contours, d’aborder tous les sujets, d’aller d’Est en Ouest, de faire simple et minimaliste, de partager, de raconter le tout avec une pointe d’Asie … alors oui il y a du Perriand… dans un sens, si tu veux… mais inutile de faire pompeux on peut juste dire qu’on parlera ici en toute liberté des gens sous toute leur forme d’être, de faire et d’expression.
On parlera de formes et d’objets, de courbes, de lignes et de corps, d’être en forme, de mettre en forme, le tout informellement et librement. Forme libre c’est juste une façon jolie de dire qu’on va papoter de tout ici »

L’Ami: « T’es en forme dis donc ! ça promet d’être un joyeux souk ton histoire »

Moi: « Je n’ai jamais aimé coller des étiquettes. Mais tu verras; petit à petit ça prendra forme et ce sera chouette…; Souviens-toi juste que l’ouverture d’esprit n’est pas une fracture du crâne »
.
.
.
it means : Et devant moi, devant nous: LA LIBERTÉ …

L’ouverture d’esprit n’est pas une fracture du crâne